Téléchargement illégal : Les pratiques évoluent toujours

Pirate button on computer keyboard.

Pirate button on computer keyboard.Si il n’est pas exact d’affirmer que le téléchargement illégal a toujours été présent sur internet, on peut en tout cas dire qu’il en a fait partie très tôt !

En effet, dès le début des années 90, des internautes ont pensé à utiliser ce formidable réseau pour échanger et partager des fichiers comme des livres, de la musique, des jeux vidéo et bien sûr des films et des séries télévisées.

Bien sûr, le téléchargement illégal n’était pas alors à la portée de tous. Internet n’était pas aussi démocratisé, et peu étaient les internautes qui savaient comment utiliser IRC, un VPN comme Hidemyass, ou encore les newsgroups du réseau alternatif Usenet.

Avec l’arrivée des logiciels P2P comme Napster et eMule puis l’invention du protocole BitTorrent, tout a changé et le téléchargement illégal a fait son apparition chez le français moyen !

Aujourd’hui, avec l’augmentation de la répression et l’arrivée de Hadopi et de sa riposte graduée, seuls ceux qui pensent à utiliser un moyen d’anonymiser leur connexion (on pense par exemple à NordVPN) peuvent télécharger l’esprit tranquille sur les réseaux P2P, mais cela ne veut pas dire que le téléchargement illégal a disparu, loin de là…

Comme le reflète la liste noire des « sites pirates » récemment publiée par le représentant américain au commerce, les pratiques du téléchargement illégal n’ont fait que changer et se transformer.

Plus de téléchargement illégal, mais aussi plus de répression

Répression et fermeture des sites d’un côté, nouvelles techniques et nouveaux outils de partage de l’autre. La répression et le téléchargement illégal ont toujours pour ainsi dire évolué main dans la main.

Avec l’arrivée de Napster en 1999, un logiciel super intuitif et facile à utiliser, le piratage se démocratise mais se médiatise dans le même temps, poussant les gouvernements à commencer à inventer un arsenal technique et législatif pour piéger les adeptes du téléchargement illégal.

Malgré la fermeture du pionnier du téléchargement, ce sont bientôt de nombreux nouveaux logiciels qui apparaissent (Kaaza et autres pour ceux qui s’en souviennent) et prennent sa place. On est alors dans l’âge d’or du torrent et du P2P.

Si les internautes munis d’un VPN permettant de ne pas être repéré par Hadopi continuent à utiliser les sites de type The Pirate Bay, KickassTorrents, ExtraTorrent et autres, beaucoup ont migré vers des nouvelles techniques de téléchargement.

C’est notamment ce que reflète la liste noire de l’USTR (émanation du Ministère du Commerce des Etats Unis), qui fait souvent office de programme pour la lutte anti-piratage pour l’année à venir.

Téléchargement illégal : Haro sur le streaming et les sites de DDL !

Il est fortement probable que les amateurs de streaming et de téléchargement direct (DDL pour Direct Download) ne soient plus tranquilles pour bien longtemps.

En effet, les Etats Unis ont décidé de commencer à surveiller et à réprimer ces sites internet, comme ils le font déjà avec le torrent et le P2P.

Dans tous les cas, nous vous recommandons de toujours utiliser un VPN lorsque vous vous connectez à internet, ne serait-ce que pour protéger votre anonymat, vos données personnelles et pouvoir accéder à un internet libre et illimité.

En effet, un VPN, acronyme anglais de réseau privé virtuel, fait passer l’intégralité de votre trafic internet via un serveur situé autre part que celui de votre fournisseur d’accès à internet (FAI) habituel.

Cela permet l’anonymisation de vos données et de votre connexion, car elles passent toutes par un processus d’encodage et de chiffrement (128 ou 256 bits pour les meilleurs VPN comme VyprVPN, qui proposent souvent jusqu’à 4 protocoles d’encryption différents).

Bref, une fois le VPN connecté, personne ne peut vous espionner et savoir ce que vous faites en ligne. Que ce soit Hadopi, votre FAI ou les Etats Unis.

Cela vaut aussi même pour votre fournisseur VPN lorsque celui ci pratique une politique de « no-logs », à savoir qu’il ne conserve aucune donnée de connexion pour protéger votre vie privée même dans le cas où on le forcerait à révéler quelque chose. C’est notamment le cas de Cyberghost, VyprVPN et Hidemyass

Les Etats Unis promettent donc de s’attaquer très bientôt aux hébergeurs de fichiers en DDL, puisque Rapidgator et Uploaded font désormais partie de la liste noire du téléchargement illégal.

Il en va de même pour les sites de stream-ripping, qui vous permettent de télécharger des vidéos YouTube ou d’autres sites de VOD, comme YouTube-MP3.com.

Le streaming ne semble pas non plus être épargné, puisque pas moins de 5 plateformes streaming très populaires en France et à l’étranger sont aussi blacklistées.

Il s’agit de Putlocker, Primewire, 123movies ou encore des solutions pour connecter un service de streaming à sa smart TV comme BeeVideo et IpPlayBox. Même des réseaux sociaux a priori complètement inoffensifs comme vKontake se retrouvent dans la liste !

Plus surprenant, on ne retrouve par contre aucun site européen de téléchargement illégal ou bien spécialisé dans une langue autre que l’anglais.

La liste ne mentionne en effet ni le français Zone de Téléchargement, ni aucun autre site de DDL européen. Un havre de paix pour les amateurs de films et de musique ? Nous n’en sommes pas si sûr, et n’irions jamais sur de tels sites sans avoir auparavant activé un VPN hautement sécurisé.

Bénéficiez avec l'abonnement d'un an !

CV_no1_ye

6 mois gratuit

Économisez 79% 2.75€/mois

Share This
Retour haut de page